J'AIME MIEUX LA FOLIE DE LA RÉSURRECTION QUE LA BÊTISE DE LA MORT, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)

Publié le par clovis simard

J'AIME MIEUX LA FOLIE DE LA RÉSURRECTION QUE LA BÊTISE DE LA MORT, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)
J'AIME MIEUX LA FOLIE DE LA RÉSURRECTION QUE LA BÊTISE DE LA MORT, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)
J'AIME MIEUX LA FOLIE DE LA RÉSURRECTION QUE LA BÊTISE DE LA MORT, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)
J'AIME MIEUX LA FOLIE DE LA RÉSURRECTION QUE LA BÊTISE DE LA MORT, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)
J'AIME MIEUX LA FOLIE DE LA RÉSURRECTION QUE LA BÊTISE DE LA MORT, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)
J'AIME MIEUX LA FOLIE DE LA RÉSURRECTION QUE LA BÊTISE DE LA MORT, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)
J'AIME MIEUX LA FOLIE DE LA RÉSURRECTION QUE LA BÊTISE DE LA MORT, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)
J'AIME MIEUX LA FOLIE DE LA RÉSURRECTION QUE LA BÊTISE DE LA MORT, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)
J'AIME MIEUX LA FOLIE DE LA RÉSURRECTION QUE LA BÊTISE DE LA MORT, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)

(RV) Entretien - «Si le Christ n’est pas ressuscité, vaine est notre foi» : c’est avec cette phrase que Saint Paul, dans sa première épître aux Corinthiens (1 Co 15, 17) résume la centralité de la Résurrection dans la foi chrétienne.

Tout repose sur le témoignage des apôtres et des saintes femmes, rapportés par les Evangiles : celui de Marie-Madeleine, des disciples d’Emmaüs, de ceux réunis au Cénacle, et surtout celui de Pierre et Jean. Accourus sur les lieux le dimanche matin, ils virent le tombeau ouvert, «vide», les linges posés à plat. Jean «vit, et il crut», est-il écrit sobrement (Jean 20, 1-10).

La Résurrection, corps et âme, du Christ constitue ce «mystère de foi» sur lequel la science n’a aucune prise, et sur lequel elle n’a cessé pourtant de s’interroger. Que dit justement la science de cet évènement prodigieux ? Comment expliquer la disparition du corps de Jésus ? Peut-on aujourd’hui affirmer avec certitude que le tombeau situé dans la Basilique du Saint Sépulcre est bien celui du Christ ?

Autant de questions que nous avons posées à Jean-Christian Petitfils, hiQuestorien, auteur de Jésus, publié aux éditions Fayard (2011), une enquête fouillée et très documentée sur le «Jésus de l’Histoire». Interrogé par Manuella Affejee, il revient tout d’abord sur le récit évangélique fondamental du «tombeau vide», seul point de départ de l’historien.

Commenter cet article