LA FONCTION MATHÉMATIQUE OUBLIÉE DES CATHÉDRALES, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)

Publié le par clovis simard

LA FONCTION MATHÉMATIQUE OUBLIÉE DES CATHÉDRALES, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)
LA FONCTION MATHÉMATIQUE OUBLIÉE DES CATHÉDRALES, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)
LA FONCTION MATHÉMATIQUE OUBLIÉE DES CATHÉDRALES, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)
LA FONCTION MATHÉMATIQUE OUBLIÉE DES CATHÉDRALES, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)
LA FONCTION MATHÉMATIQUE OUBLIÉE DES CATHÉDRALES, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)
LA FONCTION MATHÉMATIQUE OUBLIÉE DES CATHÉDRALES, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)

Qu'est-ce qu'une cathédrale ?

De la cathèdre à la cathédrale.

Le nom cathédrale vient du latin cathedra (siège à dossier). La cathèdre était le siège où s'asseyait l'évêque. Une cathédrale est donc l'église où siège l'évêque. Le nom d'église cathédrale ne fut employé qu'à partir du xe siècle. Il y a une cathédrale par diocèse. La cathédrale d'un diocèse supprimé est encore appelée cathédrale. Il existe des cathédrales en France depuis la création des diocèses à la fin de l'AntiquitéNote 1.

Types particuliers de cathédrales

  • Une concathédrale ou co-cathédrale est une église qui exerce en indivis avec une autre la fonction de cathédrale d'un diocèse. On n'en connait que peu d'exemples, celles de Sospel et de Forcalquier étant les plus connues.
  • Une pro-cathédrale est une église assumant la fonction de cathédrale sans en avoir le titre canonique. Cet état de fait est dû à une indisponibilité de la cathédrale (en travaux voire en construction), indisponibilité qui peut se prolonger : en Corse la plupart des cathédrales a été ruinée au xe siècle et remplacée par des pro-cathédrales qui sont restées sièges épiscopaux jusqu'à la Révolution sans jamais obtenir le titre de cathédrale.

Des abbayes aux cathédrales

 

 

Cathédrale Saint-Étienne de Toul

Ce que les abbayes font durant le xie siècle, les évêques n'en ont ni les ressources, ni le pouvoir.

Jusqu'à la fin du xiie siècle, les cathédrales n'ont pas les dimensions que nous leur connaissons aujourd'hui : nombre d'églises abbatiales sont des constructions beaucoup plus grandes (cf. Cluny dont les dimensions sont supérieures à la basilique actuelle de Saint-Pierre de Rome). Jusque-là, le morcellement féodal constitue un obstacle à la constitution civile des populations ; l'influence des évêques est limitée par ces grands établissements religieux du xie siècle. Les abbayes menées par des abbés à forte personnalité, constituent par contre des centres d'attraction où se combinent richesse et pouvoir, intelligence et activité. Les abbayes sont des propriétaires puissants, protégés par les papes et jouissent de privilèges étendus qui les assimilent quasiment à des seigneurs féodaux. Leur influence est considérable du fait de leur participation très active à l'éducation de la jeunesse et à toutes les décisions politiques.

Lorsque les populations urbaines, instruites, enrichies, laissent paraître les premiers symptômes d'émancipation et s'érigent en communes, se produit une réaction contre la féodalité monastique et séculière. Les évêques, appuyés par la monarchie, vont profiter avec autant de promptitude que d'intelligence de ce mouvement : l'instant est propice pour reconquérir le pouvoir et l'influence qui leur revient normalement au sein de l'Église, alors qu'ils s'étaient concentrés dans les établissements religieux.

Parfois, les collégiales sont titrées cathédrales sans reconstruction notable. C'est le cas de la Cathédrale Saint-Dié de Saint-Dié-des-Vosges, vaste édifice roman dont seule la façade fut reconstruite au xviiie siècle, avant que de devenir siège d'un évêché en 1777.

Commenter cet article