LA GHETTOÏSATION DES PERSONNES PAR NOS DEUX(2) IMANS: TRUDEAU ET COUILLARD, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)

Publié le par clovis simard

LA GHETTOÏSATION DES PERSONNES PAR NOS DEUX(2) IMANS: TRUDEAU ET COUILLARD, C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)

DENISE BOMBARDIER

 

La vision de Justin Trudeau, à laquelle adhère sans condition Philippe Couillard, entraîne une ghettoïsation des personnes.

 

 

DENISE BOMBARDIER

Vendredi, 7 avril 2017 05:00

MISE à JOUR Vendredi, 7 avril 2017 05:00

Nous ne sommes pas sortis de la tourmente identitaire. Le gouvernement Couillard lance maintenant sa consultation sur le racisme et la discrimination systémique au Québec. Cette consultation nous renvoie à l’expression, «poser la question, c’est y répondre». Ce nouveau tribunal au goût du jour opposera les «Blancs racistes» et les «racisés». D’ailleurs, j’avoue que ce dernier mot, qui est apparu dans le vocabulaire comme un cheveu sur la soupe, je ne l’ai pas vu venir.

En fait, cette consultation est une façon pour le gouvernement de s’appuyer sur les porte-voix les plus tonitruants et souvent les moins représentatifs des communautés culturelles, appelées pour des raisons démographiques à s’élargir avec l’apport immigrant.

L’électoralisme n’est donc pas étranger à ce besoin pressant de placer les «racistes» que nous sommes sur la défensive­­, car l’on imagine les conclusions auxquelles en sont déjà arrivés nombre de membres de ce «tribunal» à essence multiculturelle.

 

Diversité problématique

On nous apprendra que le ver est déjà dans la pomme et que les institutions québécoises sont intrinsè­quement racistes. Des militants inspirés par la politique de Justin Trudeau, chantre de la diversité canadienne, viendront tour à tour prouver, preuve à l’appui, que la culture québécoise, non seulement manifeste un sentiment d’exclusion, mais qu’elle s’appuie sur des concepts raciaux pour départager les citoyens.

 

On y entendra aussi des porte-parole à la représentativité douteuse expliquer qu’être Québécois est désormais synonyme d’islamophobe. Il faut craindre de plus que les fondamentalistes de toutes les différences ne proclament que le Québec les victimise dans tous les secteurs­­ d’activité.

La seule façon de réfléchir raisonnablement aux discriminations réelles et au racisme également réel est d’aborder le problème sous l’angle du rassemblement, comme l’ont fait des citoyens québécois, dont plusieurs originaires de pays musulmans, dans un texte éclairant publié mardi dans La Presse.

Ils déplorent que des membres du comité­­-conseil mis sur pied par Québec aient une vision binaire simpliste et tranchante : racistes ou «racisés», oppresseurs­­ ou opprimés, islamophobes ou musulmans. Et ils regrettent qu’ils donnent le ton et enveniment le climat social.

Culpabilité

Comment Philippe Couillard peut-il sciemment déclencher une nouvelle situation­­ de crise où, cette fois-ci, ce seront­­ des gens aux motifs douteux, voire­­ séditieux, qui accuseront la majorité­­ québécoise déjà inquiète et si encline à la culpabilité?

La vision de Justin Trudeau, à laquelle adhère sans condition Philippe Couillard, entraîne une forme de ghettoïsation des personnes, identifiées d’abord à leur sexe, à la couleur de leur peau, à la religion et à leurs différences sexuelles ou ethnoculturelles. Comment pouvons-nous vivre en société en étant constamment perçus par ce qui nous sépare plutôt par ce qui nous rassemble?

Pourquoi se le cacher? Pourquoi s’en défendre? La politique d’intégration des immigrants est la seule qui apporte une véritable harmonie sociale. Pourtant, ces mêmes ténors de la diversité tous azimuts sont les mêmes qui reprochent aux Québécois de souche d’affirmer leur enracinement historique.

Le multiculturalisme est un ballon spectaculaire, mais qui s’avère vide des valeurs collectives qui cimentent un peuple dans le respect de chacun.

Commenter cet article