VOUS CROYEZ EN LA JUSTICE AU QUÉBEC-CANADA ? AU QUÉBEC LE CRIME EST PAYANT ! C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)

Publié le par clovis simard

VOUS CROYEZ EN LA JUSTICE AU QUÉBEC-CANADA ? AU QUÉBEC LE CRIME EST PAYANT ! C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)

Sitôt condamné à la prison, Corriveau a été libéré

Ce garçon Corriveau à volé 7 millions $, il a reçu une peine de 4 ans de prison sévère selon son taré d'avocat et il est en liberté ???? AU QUÉBEC LE CRIME EST PAYANT !

 

 

MICHAEL NGUYEN

Mercredi, 25 janvier 2017 21:40

MISE à JOUR Mercredi, 25 janvier 2017 21:40

Tout juste condamné en matinée à quatre ans de prison pour s'être engraissé de 7 M$ aux frais des citoyens pendant le scandale des commandites, Jacques Corriveau avait déjà été remis en liberté sous caution en fin de journée mercredi.

«Le temps où les crimes économiques écopaient d’une peine économique est révolu», avait pourtant lancé le juge Jean-François Buffoni avant d’envoyer l’accusé de 83 ans en détention, en début de journée mercredi.

Le procureur de la Couronne, Me Jacques Dagenais, s’est réjoui de cette peine, qui est la plus sévère imposée à un acteur du scandale des commandites.

Mais le séjour carcéral de l’ancien proche de Jean Chrétien n’a pas été long. Sitôt condamné, son avocat a demandé la libération de son client devant le plus haut tribunal de la province, en attendant d’être entendu en appel. Et il l’a rapidement obtenue.

[if IE 9]><video style="display: none;"><![endif] [if IE 9]></video><![endif]

 

PHOTO CHANTAL POIRIER

«Considérant l’état de santé de mon client, tous les efforts ont été mis [pour la libération], nous sommes contents du résultat», a commenté Me Gérald Soulière, après avoir obtenu gain de cause.

Trafic d’influence

Corriveau, qui a été très proche de Jean Chrétien au point où il pouvait souper et dormir à la résidence officielle du premier ministre, avait tiré parti de son statut pour profiter du programme des commandites de 1997 à 2003.

À l’époque, le gouvernement fédéral avait lancé ce programme afin de promouvoir le Canada lors d’événements culturels, sociaux ou sportifs. Grâce à son influence, Corriveau avait permis l’octroi de contrats en empochant au passage une commission de 17,5 %.

En six ans, il a ainsi garni son compte bancaire de plus de 7 millions $.

«Ce qui ressort ici, c’est la préméditation évidente et la planification soignée de ce dispositif bien huilé de pots-de-vin», a conclu le juge Buffoni de la Cour supérieure du Québec.

Une partie de l’argent a depuis été remboursée, et Corriveau devra en plus rendre à l’État plus de 3 millions $.

Il a toutefois porté en appel sa culpabilité aux accusations de trafic d’influence, de fabrication de faux, ainsi que de recyclage de produits de la criminalité.

Baiser

Malgré tout, Corriveau a semblé sonné quand il a été envoyé derrière les barreaux en matinée. Sa conjointe, elle aussi ébranlée, a même tenté d’aller lui donner un dernier baiser avant d’être stoppée par un constable spécial.

«Je crois que tu es le meilleur homme au monde, je suis avec toi, je t’aime mon amour», a-t-elle lancé à son conjoint, qui a simplement répondu «moi aussi».

La séparation n’a toutefois pas été de longue durée, puisque Corriveau a finalement été libéré en attendant les résultats de son appel. D’ici là, Corriveau devra remettre son passeport à la police, et il lui sera interdit de quitter le Canada.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article