ATTENTAT À QUÉBEC IL Y A DEUX(2) TERRORISTES QUI EST MOHAMED KHADIR ? , C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)

Publié le par clovis simard

ATTENTAT À QUÉBEC IL Y A DEUX(2) TERRORISTES QUI EST MOHAMED KHADIR ? , C'EST MATHÉMATIQUES(fermaton.overblog.com)

Les deux suspects sont Alexandre Bissonnette et Mohamed Khadir

Attentat dans une mosquée de Québec : deux hommes arrêtés

Deux hommes ont tiré, dimanche soir, sur des fidèles au Centre culturel islamique de Québec, faisant au moins six morts et huit blessés.

 

L’horreur a frappé le Canada, dimanche 29 janvier. Une mosquée, le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), a été attaquée par des hommes cagoulés, peu avant 20 heures, durant la dernière prière de la journée. Six personnes ont été tuées et huit autres blessées, dont certaines dans un état grave. Les victimes seraient âgées de 35 à 70 ans. Une cinquantaine de personnes étaient présentes au moment du drame.

Les autorités ont annoncé l’arrestation de deux suspects. Un des deux auteurs présumés de la fusillade a contacté la police pour se rendre, a fait savoir lundi Denis Turcotte, inspecteur de la police de Québec. Le jeune homme, « fin de vingtaine, début de trentaine », a appelé le numéro d’urgence près de quinze minutes après le signalement de la tuerie pour signaler le lieu où il se trouvait. L’autre suspect avait alors déjà été arrêté.

Les assaillants auraient réussi à recharger trois fois, ont confié des fidèles au président de la mosquée, Mohamed Yangui. Lundi matin, l’attaque n’avait pas encore été revendiquée. « Pour le moment, rien ne nous porte à croire qu’il y aurait d’autres suspects reliés à l’événement », a déclaré une porte-parole de la police.

Déjà prise pour cible en 2016

Les autorités policières ont fait savoir, dans la soirée, qu’elles traitaient cette attaque comme un acte terroriste. Un large périmètre de sécurité a été établi autour des lieux alors que le ministre de la sécurité publique québécois, Martin Coiteux, affirmait sur Twitter que « la structure de gestion policière contre le terrorisme a été déployée ».

Un fidèle présent dans la salle de prière a livré son témoignage à Radio Canada. Il raconte que les deux assaillants « semblaient avoir un accent bien québécois. L’un a commencé à tirer. Dès qu’il a ouvert le feu, il a crié : “Allahou Akbar !” [“Dieu est grand !”]. Les balles ont atteint des personnes qui priaient. Des personnes qui priaient ont perdu leur vie ». « On s’est jetés par terre directement. Plusieurs personnes qui priaient sont sorties de leur prière et se sont jetées par terre », a-t-il ajouté.

C’est dans le quartier Sainte-Foy, dans une vaste zone de bureaux et de commerces, à une dizaine de kilomètres à l’ouest du centre historique de la ville de Québec, que le drame s’est déroulé. Le Centre culturel islamique de Québec avait déjà été la cible d’un geste à caractère haineux, en juin 2016, lorsqu’une tête de porc avait été déposée devant l’une des portes en pleine période du ramadan. Elle était enveloppée d’un papier cadeau transparent accompagné d’une note sur laquelle était inscrit : « Bonne [sic] appétit ».

Quelques semaines plus tard, une lettre islamophobe intitulée « Qu’est-ce qui est le plus grave : une tête de porc ou un génocide » avait été distribuée dans le voisinage. « On nous a mis une tête de porc. On nous a dit que c’était un acte isolé, mais aujourd’hui on a des morts. C’est des minutes et des heures de terreur et d’angoisse », a lancé M. Yangui. Il a également précisé ne pas avoir reçu de menaces ces derniers jours. Le CCIQ faisait toutefois l’objet d’une surveillance policière régulière et était équipé de caméras de surveillance.

Dans les mois qui ont précédé l’attaque de dimanche, plusieurs signalements ont été effectués auprès du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence. Le directeur dudit centre déclare avoir relevé plusieurs indices indiquant une montée de l’extrême droite dans la région de Québec. Plusieurs observateurs allaient dans ce sens quelques heures après le drame.

« Attention particulière »

Dimanche soir, les réactions politiques à cet événement ont été nombreuses. Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a d’abord commenté le drame sur Twitter : « Ce soir, les Canadiens pleurent les victimes de l’attaque lâche dans une mosquée de Québec. Mes pensées sont avec les victimes et leurs familles. » Plus tard dans la soirée, M. Trudeau a dénoncé, dans un communiqué, un « attentat terroriste dirigé contre des musulmans se trouvant dans un lieu de culte et de refuge ». Et de rappeler que « les musulmans canadiens constituent un élément important [du] tissu national ».

Le chef du gouvernement du Québec, Philippe Couillard, a également condamné cette attaque. « Le Québec rejette catégoriquement cette violence barbare. Unissons-nous contre la violence et solidarité avec les Québécois de confession musulmane », a-t-il réagi sur Twitter. « Je condamne ce geste insensé », a déclaré le maire de Québec, Régis Labeaume.

Tard dans la nuit, tous deux ont tenu une conférence de presse en compagnie de M. Coiteux. Ce dernier a déclaré que « la sécurité des lieux de culte sera assurée partout au Québec ». « Les lieux de culte musulmans font l’objet d’une attention particulière », a souligné M. Couillard, qui a tenu à rappeler aux musulmans québécois : « Vous êtes chez vous. »

Des rassemblements de solidarité avec les musulmans de Québec se sont organisés dimanche soir, sur Facebook, tandis que plusieurs dizaines de personnes s’étaient réunies spontanément devant la mosquée. D’autres rassemblements devraient être avoir lieu, lundi 30 janvier, à travers tout le pays.

 

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/01/30/fusillade-mortelle-dans-une-mosquee-du-quebec_5071202_3222.html#rv1gz26EUFUDxgfU.99

Commenter cet article